Corriger sans chantage

Posté sur27/01/2020 810
Aimer0

Pour beaucoup d'entre nous, il n'est pas difficile d'oublier les mots très courants avec lesquels nous avons tous grandi, comment, si vous ne vous comportez pas "je ne vous donnerai pas", mais vous vous comportez bien "je ne vous prendrai pas", etc. Des mots qui jugent nos comportements mauvais et que nous utilisons généralement avec nos enfants. Conditions qui encouragent l'idée de créer une éducation associée de récompense ou de punition, y compris les enfants dans une liste de bons ou de mauvais.

Il est important de s'arrêter et de réfléchir un peu car les enfants ne se comportent pas toujours mal intentionnellement, le comportement des enfants est associé à l'apprentissage qu'ils acquièrent à travers des situations dans lesquelles ils vivent souvent des expériences qui leur permettent de grandir en maturité et en reconnaissance d'eux-mêmes conduisant au renforcement de l'estime de soi, se sentant souvent fier d'eux-mêmes, ce qui en disqualifiant quelque chose qui ne nous semble pas, peut semer la confusion en eux.
Rediriger les comportements sans les qualifier de bons ou mauvais comportements ou d'obéissance ou non, créera de l'empathie et permettra de comprendre pourquoi ils peuvent faire certaines choses qui ne sont pas toujours approuvées.
La condition avec Je te donne ou je ne te donne pas si tu fais ce que je dis, crée une peur de décevoir l'autre, la tristesse de ne pas recevoir ce qui a été promis ou de ressentir la honte d'une réprimande. Ces mots doivent être supprimés, car ce type de menaces amènera petit à petit les enfants à ressentir le besoin de rechercher l'approbation non seulement des parents mais aussi de leur environnement social.
Remplacer les menaces par la communication, l'empathie et le respect mutuel permettra de mieux répondre au changement de comportement des enfants.
La compréhension est importante pour toute mauvaise action de l'enfant, cherchant une correction sans avoir besoin de chantage, le guidant et l'amenant à comprendre ce qu'il a fait de mal.
Tout d'abord, nous devons nous mettre à leur place sans les étiqueter, en étant clair qu'ils sont sujets à des changements de comportement et plus irritables selon le niveau de stress dans lequel ils se trouvent ou selon les directives d'élevage qui sont appliquées avec le enfants au quotidien, en plus de vivre dans une reconnaissance constante de leurs émotions.

Produits liés

Paramètres

Menu

Créez un compte gratuit pour sauvegarder des articles aimés.

Se connecter